Troyes, centre ville

Walking/pedestrian ,  Mountain biking at Troyes
7.7 km
Walking/pedestrian
2h
Easy
7.7 km
1h
Easy
7.7 km
Mountain biking
1h
Easy
7.7 km
1h
Easy
7.7 km
Walking/pedestrian
2h
Easy
7.7 km
1h
Easy
7.7 km
Mountain biking
1h
Easy
7.7 km
1h
Easy
  • Capitale historique de la Champagne, Troyes est par excellence une ville à découvrir à pied, au gré de ses envies et de sa curiosité.

    En flânant dans son cœur historique, affectueusement surnommé le « Bouchon » (de Champagne, bien sûr !) par les Troyens en raison de sa silhouette vue d’avion, les amoureux des villes historiques seront surpris et charmés : églises gothiques illuminées par les vitraux classés, maisons à pans de bois multicolores, hôtels particuliers Renaissance, patrimoine industriel réhabilité... toutes les époques sont représentées.

    Mais Troyes c’est aussi, à quelques minutes du centre historique, le plus grand centre de magasins d’usine et de négoce en Europe, avec des prix imbattables sur les vêtements de marque et des services pour occuper toute la famille, des musées prestigieux et originaux, des universités en plein essor, des petits restaurants à prix doux où déguster un Champagne aubois encore méconnu... Une ville qui bouge où il fait bon vivre toute l’année
  • Documentation
    GPX / KML files allow you to export the trail of your hike to your GPS (or other navigation tool)
  • Accepted customers
    • Individuals
    • Individuals
Points of interest
1 Départ Halle aux Vélos
Départ Halle aux Vélos
2 La cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul
Construite en partie sur pilotis, dès le début du XIIIe siècle, la cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul est un chef d'oeuvre méconnu caractéristique de l'architecture gothique. Sa façade, avec ses trois portails flamboyants, est l'œuvre de Martin Chambiges, célèbre maître maçon parisien du XVIe siècle. La tour Saint-Paul est inachevée depuis 1545. Les 1500 m2 de verrières d'époque datant du XIIIe au XIXe siècle font de la cathédrale un fantastique livre d'images pour l'étude de l'évolution de l'art du vitrail au fil des siècles. Derrière la grande rosace de 8 m de diamètre se trouvent les Grandes Orgues provenant de l'Abbaye de Clairvaux. Le trésor renferme notamment la Châsse de Saint-Bernard de Clairvaux, ornement liturgique en soie rouge brodé de 53 médaillons du XIIIe siècle et une belle collection d'émaux mosans et limousins (XIIe siècle - XIIIe siècle).
3 Le Musée d’Art Moderne
Le Musée d'Art Moderne a été créé grâce à la donation, en 1976, de grands collectionneurs Pierre et Denise Lévy, industriels du textile, à Troyes. La collection rassemble des grands moments de l'art en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu'au début de l'abstraction.
4 La basilique Saint-Urbain
La construction de Saint-Urbain, consacrée Basilique en 1964, fut entreprise en 1262 par Jacques Pantaléon, futur pape Urbain IV né à Troyes en 1185, ceci à l'emplacement-même de l'échoppe de savetier de son père et pour rendre hommage à sa ville natale. Erigée d'un seul jet de 1262 à 1286, elle semble, de l'intérieur, faite de verre plus que de pierre, tant ses architectes de l'époque gothique ont su affiner les colonnes et les piliers qui soutiennent sa nef. Bizarrerie de l'histoire, cette dernière conserva sa simple charpente de bois jusqu'en 1905, date à laquelle elle fut enfin construite en pierre. Menacées d'affaissement au niveau du choeur, les fondations de Saint-Urbain viennent d'être consolidées. Les vitraux du XIIIe siècle, eux, sont provisoirement déposés. A voir dans la chapelle sud, la délicate statue de la "Vierge au Raisin" , représentative de l' "Ecole troyenne" du XVIe siècle.
5 Place Alexandre Israël
En 1482, le roi Louis XII accepte de confier la gestion de la ville de Troyes à un maire, assisté d’échevins. Ces fonctions sont assurées par des magistrats ou des marchands, le plus souvent bénévoles. Le premier maire de Troyes est Edmond Le Boucherat. Avant lui, un Conseil consultatif siégeait à l’occasion en divers lieux du cœur de la cité, comme le chapitre Saint-Pierre ou l’ancien couvent des Cordeliers. En 1479, le Conseil quitte ce quartier aristocratique pour s’installer à demeure dans le « corps du bouchon » et loue près de l’église Saint-Urbain une maison nommée alors Chambre de l’Échevinage, dotée d’une cloche qui appelle aux réunions. En 1494, le Conseil de ville achète l’hôtel de Mesgrigny, grande bâtisse du XVe s, et au XVIIe s. décide de se faire bâtir un nouvel Hôtel de Ville. Louis XIII autorise pour ce faire l’affectation d’une part minime des recettes des taxes sur le vin et le sel. L’édifice se construit donc peu à peu et n’est achevé que vers 1672. Deux ailes sont ajoutées à l’arrière en 1933 et 1937 par l’architecte F. Balley. La façade centrale aux colonnes de marbre noir est percée d’une niche abritant une Minerve casquée, qui remplace une statue de Louis XIV détruite à la Révolution française. La cheminée monumentale de la salle du Conseil municipal, elle, s’orne encore d’un grand médaillon en bois à l’effigie de ce roi, sculpté en 1687 par le troyen François Girardon (1628-1715). Autre trace mémorable de la Révolution sur la façade, la devise qui figurait à l’époque sur toutes les mairies de France est ici intacte : « Unité, Indivisibilité de la République, Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort ».
6 Le quartier Saint-Jean
Essentiellement piétonnier, le quartier Saint-Jean est encore aujourd'hui, tout comme à l'époque des grandes Foires de Champagne qui s'y déroulaient deux fois par an, le cœur animé du Bouchon de Champagne. Dans l'abord, le visiteur est plongé dans une ambiance "médiévale", avec les alignements d'authentiques maisons à pans de bois dont la plupart remontent en fait au XVIe siècle, car reconstruites après le grand incendie de 1524 qui dévasta toute une partie du centre de Troyes. A l'angle de la rue Champeaux, où alternent boutiques et restaurants, et de la petite rue Paillot de Montabert, la Tourelle de l'Orfèvre et la Maison du Boulanger, toutes deux datant du XVIe siècle, se font face sur une charmante placette qui fut, depuis 1963, le point de départ du vaste programme de réhabilitation du patrimoine troyen. Un peu plus loin, la cour du Mortier d'or, avec sa galerie, est un magnifique exemple des cours intérieures qu'abritaient les riches demeures troyennes. On y accède par la discrète ruelle des Chats, dont il est dit que les félins troyens la traversent en sautant d'un toit à l'autre des maisons qui la bordent.
7 Eglise de la Madeleine
Horaires d'ouverture : 10h-12h et 14h-17h Fermée le dimanche matin et le lundi toute la journée Construite au XIIe siècle, l'église Sainte-Madeleine est la plus ancienne église de Troyes. Elle est surtout célèbre pour la finesse des sculptures de son jubé, qui figure parmi les sept derniers encore en place en France. Véritable dentelle de pierre ciselée, celui-ci fut sculpté par Jean Guailde au début XVIe siécle (la légende voudrait que ce dernier soit enterré au pied du jubé : son épitaphe indique "qu'il attendait la résurrection bienheureuse sans crainte d'être écrasé"). Les vitraux multicolores du XVIe siècle, dits de l' "Ecole champenoise" sont tout aussi dignes d'intérêt et peuvent être décriptés à la manière de véritables bandes dessinées tant les motifs en sont réalistes (voir "La création du Monde" et L'arbre de Jessé", par exemple). A proximité, dans la rue de la Madeleine, vous remarquerez le portail de l'ancien cimetière, portant une salamandre sculptée, emblème de François 1er.
8 Ruelle des chats et cour Mortier d'Or
Rue Maillard au XVe s. , ses habitants prennent vite l’habitude de l’appeler « ruelle des Chats », devenu son nom officiel : «les toits, à force de se contempler depuis des siècles, ont été pris de tendresse réciproque… Les chats peuvent passer d’un grenier à l’autre sans risquer de faire un faux pas. » Pavée à l’ancienne, comme l’étaient les rues de Troyes dès le XIIIe s, la ruelle des chats a une rigole centrale selon l’usage d’alors : les privilégiés « tenaient le haut du pavé » pour ne pas se salir. Sombre mais charmante, elle mène vers la très jolie cour du Mortier d’Or, qui vous permettra de voir l’arrière des maisons à pans de bois, avec leurs belles galeries coursives. Les abouts de poutre sont sculptés de sujets d’inspiration souvent guerrière. L’ensemble est restauré en 1981 par les Compagnons du Devoir.
9 La rue Emile Zola
Importante artère commerçante de Troyes depuis le Moyen Age (elle était alors la rue de l'Epicerie), la rue Emile Zola a été entièrement rénovée dans le cadre du projet de requalification urbaine de l'espace public de 2003 à fin 2004. Véritable espace de vie semi-piéton où il fait bon flâner à la recherche de la bonne affaire, elle compte plusieurs sompteuses façades à pans de bois rénovées, harmonieusement éclairées dès la tombée de la nuit. Ne manquez pas de pousser la porte du n°111, en toute discrétion par égard pour les habitants, pour découvrir la cour du très bel ancien "Hôtel du Lion Noir".
10 La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière
La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière est installée dans le très bel Hôtel Mauroy, exemple caractéristique des hôtels particuliers des riches commerçants troyens (XVIe siècle). Elle présente une collection exceptionnelle d'outils et d'instruments anciens rassemblés par le père Paul Feller, passionné par le savoir-faire des artisans, ainsi que des expositions temporaires.
11 Arrivée à la Halle aux Vélos
Arrivée à la Halle aux Vélos
12 Départ Halle aux Vélos
Départ Halle aux Vélos
13 La cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul
Construite en partie sur pilotis, dès le début du XIIIe siècle, la cathédrale Saint-Pierre Saint-Paul est un chef d'oeuvre méconnu caractéristique de l'architecture gothique. Sa façade, avec ses trois portails flamboyants, est l'œuvre de Martin Chambiges, célèbre maître maçon parisien du XVIe siècle. La tour Saint-Paul est inachevée depuis 1545. Les 1500 m2 de verrières d'époque datant du XIIIe au XIXe siècle font de la cathédrale un fantastique livre d'images pour l'étude de l'évolution de l'art du vitrail au fil des siècles. Derrière la grande rosace de 8 m de diamètre se trouvent les Grandes Orgues provenant de l'Abbaye de Clairvaux. Le trésor renferme notamment la Châsse de Saint-Bernard de Clairvaux, ornement liturgique en soie rouge brodé de 53 médaillons du XIIIe siècle et une belle collection d'émaux mosans et limousins (XIIe siècle - XIIIe siècle).
14 Le Musée d’Art Moderne
Le Musée d'Art Moderne a été créé grâce à la donation, en 1976, de grands collectionneurs Pierre et Denise Lévy, industriels du textile, à Troyes. La collection rassemble des grands moments de l'art en France depuis la fin du XIXe siècle jusqu'au début de l'abstraction.
15 La basilique Saint-Urbain
La construction de Saint-Urbain, consacrée Basilique en 1964, fut entreprise en 1262 par Jacques Pantaléon, futur pape Urbain IV né à Troyes en 1185, ceci à l'emplacement-même de l'échoppe de savetier de son père et pour rendre hommage à sa ville natale. Erigée d'un seul jet de 1262 à 1286, elle semble, de l'intérieur, faite de verre plus que de pierre, tant ses architectes de l'époque gothique ont su affiner les colonnes et les piliers qui soutiennent sa nef. Bizarrerie de l'histoire, cette dernière conserva sa simple charpente de bois jusqu'en 1905, date à laquelle elle fut enfin construite en pierre. Menacées d'affaissement au niveau du choeur, les fondations de Saint-Urbain viennent d'être consolidées. Les vitraux du XIIIe siècle, eux, sont provisoirement déposés. A voir dans la chapelle sud, la délicate statue de la "Vierge au Raisin" , représentative de l' "Ecole troyenne" du XVIe siècle.
16 Place Alexandre Israël
En 1482, le roi Louis XII accepte de confier la gestion de la ville de Troyes à un maire, assisté d’échevins. Ces fonctions sont assurées par des magistrats ou des marchands, le plus souvent bénévoles. Le premier maire de Troyes est Edmond Le Boucherat. Avant lui, un Conseil consultatif siégeait à l’occasion en divers lieux du cœur de la cité, comme le chapitre Saint-Pierre ou l’ancien couvent des Cordeliers. En 1479, le Conseil quitte ce quartier aristocratique pour s’installer à demeure dans le « corps du bouchon » et loue près de l’église Saint-Urbain une maison nommée alors Chambre de l’Échevinage, dotée d’une cloche qui appelle aux réunions. En 1494, le Conseil de ville achète l’hôtel de Mesgrigny, grande bâtisse du XVe s, et au XVIIe s. décide de se faire bâtir un nouvel Hôtel de Ville. Louis XIII autorise pour ce faire l’affectation d’une part minime des recettes des taxes sur le vin et le sel. L’édifice se construit donc peu à peu et n’est achevé que vers 1672. Deux ailes sont ajoutées à l’arrière en 1933 et 1937 par l’architecte F. Balley. La façade centrale aux colonnes de marbre noir est percée d’une niche abritant une Minerve casquée, qui remplace une statue de Louis XIV détruite à la Révolution française. La cheminée monumentale de la salle du Conseil municipal, elle, s’orne encore d’un grand médaillon en bois à l’effigie de ce roi, sculpté en 1687 par le troyen François Girardon (1628-1715). Autre trace mémorable de la Révolution sur la façade, la devise qui figurait à l’époque sur toutes les mairies de France est ici intacte : « Unité, Indivisibilité de la République, Liberté, Égalité, Fraternité ou la Mort ».
17 Le quartier Saint-Jean
Essentiellement piétonnier, le quartier Saint-Jean est encore aujourd'hui, tout comme à l'époque des grandes Foires de Champagne qui s'y déroulaient deux fois par an, le cœur animé du Bouchon de Champagne. Dans l'abord, le visiteur est plongé dans une ambiance "médiévale", avec les alignements d'authentiques maisons à pans de bois dont la plupart remontent en fait au XVIe siècle, car reconstruites après le grand incendie de 1524 qui dévasta toute une partie du centre de Troyes. A l'angle de la rue Champeaux, où alternent boutiques et restaurants, et de la petite rue Paillot de Montabert, la Tourelle de l'Orfèvre et la Maison du Boulanger, toutes deux datant du XVIe siècle, se font face sur une charmante placette qui fut, depuis 1963, le point de départ du vaste programme de réhabilitation du patrimoine troyen. Un peu plus loin, la cour du Mortier d'or, avec sa galerie, est un magnifique exemple des cours intérieures qu'abritaient les riches demeures troyennes. On y accède par la discrète ruelle des Chats, dont il est dit que les félins troyens la traversent en sautant d'un toit à l'autre des maisons qui la bordent.
18 Eglise de la Madeleine
Horaires d'ouverture : 10h-12h et 14h-17h Fermée le dimanche matin et le lundi toute la journée Construite au XIIe siècle, l'église Sainte-Madeleine est la plus ancienne église de Troyes. Elle est surtout célèbre pour la finesse des sculptures de son jubé, qui figure parmi les sept derniers encore en place en France. Véritable dentelle de pierre ciselée, celui-ci fut sculpté par Jean Guailde au début XVIe siécle (la légende voudrait que ce dernier soit enterré au pied du jubé : son épitaphe indique "qu'il attendait la résurrection bienheureuse sans crainte d'être écrasé"). Les vitraux multicolores du XVIe siècle, dits de l' "Ecole champenoise" sont tout aussi dignes d'intérêt et peuvent être décriptés à la manière de véritables bandes dessinées tant les motifs en sont réalistes (voir "La création du Monde" et L'arbre de Jessé", par exemple). A proximité, dans la rue de la Madeleine, vous remarquerez le portail de l'ancien cimetière, portant une salamandre sculptée, emblème de François 1er.
19 Ruelle des chats et cour Mortier d'Or
Rue Maillard au XVe s. , ses habitants prennent vite l’habitude de l’appeler « ruelle des Chats », devenu son nom officiel : «les toits, à force de se contempler depuis des siècles, ont été pris de tendresse réciproque… Les chats peuvent passer d’un grenier à l’autre sans risquer de faire un faux pas. » Pavée à l’ancienne, comme l’étaient les rues de Troyes dès le XIIIe s, la ruelle des chats a une rigole centrale selon l’usage d’alors : les privilégiés « tenaient le haut du pavé » pour ne pas se salir. Sombre mais charmante, elle mène vers la très jolie cour du Mortier d’Or, qui vous permettra de voir l’arrière des maisons à pans de bois, avec leurs belles galeries coursives. Les abouts de poutre sont sculptés de sujets d’inspiration souvent guerrière. L’ensemble est restauré en 1981 par les Compagnons du Devoir.
20 La rue Emile Zola
Importante artère commerçante de Troyes depuis le Moyen Age (elle était alors la rue de l'Epicerie), la rue Emile Zola a été entièrement rénovée dans le cadre du projet de requalification urbaine de l'espace public de 2003 à fin 2004. Véritable espace de vie semi-piéton où il fait bon flâner à la recherche de la bonne affaire, elle compte plusieurs sompteuses façades à pans de bois rénovées, harmonieusement éclairées dès la tombée de la nuit. Ne manquez pas de pousser la porte du n°111, en toute discrétion par égard pour les habitants, pour découvrir la cour du très bel ancien "Hôtel du Lion Noir".
21 La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière
La Maison de l'Outil et de la Pensée Ouvrière est installée dans le très bel Hôtel Mauroy, exemple caractéristique des hôtels particuliers des riches commerçants troyens (XVIe siècle). Elle présente une collection exceptionnelle d'outils et d'instruments anciens rassemblés par le père Paul Feller, passionné par le savoir-faire des artisans, ainsi que des expositions temporaires.
22 Arrivée à la Halle aux Vélos
Arrivée à la Halle aux Vélos
Add a review

Leave a review about Troyes, Centre Ville :

  • Horrible
  • Bad
  • Average
  • Good
  • Excellent
There is no review about Troyes, Centre Ville, be the first to leave one !